Qu’est-ce que le Monkeypox ou variole du singe ?
Une infection virale
Cette maladie est due à un virus proche de la variole qui existe depuis longtemps en Afrique. Depuis mai 2022, des cas ont été identifiés en Europe.

Le mode principal de contamination est par contact rapproché au cours de relations sexuelles avec un partenaire infecté. Actuellement, les personnes touchées sont principalement des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (98% des cas). De fait, il faut rester vigilant quant au risque de stigmatisation ou de discrimination des personnes concernées.

Quels sont les signes de la maladie ?
Boutons, fièvre, ganglions
Entre 5 et 21 jours après le contact avec une personne malade peuvent apparaître :

• des boutons : souvent sur le sexe ou l’anus, mais aussi sur le visage, les mains, les pieds, le buste, les bras et les jambes. D’abord sous forme de pustules, ces boutons se transforment en croûtes, puis tombent.
• la fièvre parfois, les maux de tête, les courbatures.
• des ganglions dans le cou ou à l’aine.

Dans la majorité des cas, les symptômes sont modérés et disparaissent en 2 à 4 semaines. Mais les femmes enceintes, jeunes enfants et personnes immuno-déprimées sont à surveiller.

Comment se transmet-il ?
Par contact rapproché de la peau ou des muqueuses mais aussi par les postillons et le partage des affaires personnelles

Une personne malade peut contaminer dès l’apparition des premiers signes et jusqu’à la disparition complète des boutons. Il est possible que le virus soit présent dans le sperme et contagieux longtemps. C’est pourquoi il faut utiliser un préservatif pendant 8 semaines après la disparition des symptômes.

Que faire en cas de maladie ?
Consulter un médecin
En cas de doute il faut consulter un médecin ou aller dans un CeGIDD (Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic).

S’isoler pendant 3 semaines
• La personne malade doit s’isoler, si possible dans une pièce séparée, sans visite. Si l’isolement n’est pas possible, un hébergement d’urgence peut être utile.
• Il est possible de sortir mais il faut privilégier le plein air, couvrir ses boutons, porter un masque, se laver les mains ou porter des gants en cas de boutons sur les mains.
• Pour protéger les autres, il faut porter un masque et éviter tout contact physique.

Comment s’en protéger ?
Éviter les contacts rapprochés avec les personnes malades

Les rapports sexuels réunissent toutes les conditions pour une contamination. Avoir plusieurs partenaires augmente le risque d’être exposé au virus. Les préservatifs sont insuffisants pour se protéger de l’infection à monkeypox.

Conseils aux professionnels et entourage : se laver les mains régulièrement, porter un masque et éviter tout contact direct avec la personne infectée ou ses effets personnels (vaisselle, linge, affaires de toilettes).

La vaccination contre le virus de la variole ou Monkeypox est désormais recommandée chez certaines personnes. Pour en savoir plus consultez Vaccination info service.

Les lieux de vaccination sont disponibles sur les sites internet des ARS et sur www.monkeypox-info-service.fr

Pour en savoir plus
Monkeypox info service : 0 801 90 80 69. Appel gratuit 7/7 8h-23h
Le site sexosafe.fr de Santé Publique France
Les fiches pratiques et patients éditées par la mission COREB (Coordination opérationnelle – Risque épidémique et biologique)

Source : santepubliquefrance.fr

Les Films du Dispensaire vous invite à la projection du documentaire D’un désir l’autre. La projection aura lieu le mardi 5 juillet 2022, au cinéma Le Luminor, à Paris (20 rue du temple), à 19 heures 30. Un temps d’échange est prévu après le film, ainsi qu’un cocktail pour continuer les discussions.

C’est un documentaire de 52 minutes qui au travers de quatre portraits, aborde les différentes questions qui entourent la sexualité gay actuelle. Les nouvelles stratégies de prévention du VIH, incluant la PrEP, ainsi que les applications de rencontre géolocalisées, ont considérablement modifié le rapport à la prévention et les modes de sociabilités gay. Nous avons interrogé Kaj, Stephan, Cristian et Thierry, qui racontent leur parcours de vie et les questions que pose aujourd’hui leur sexualité. En dépit de l’hyper consommation d’une sexualité qu’on imagine facile, ils expliquent leurs désirs, leur doutes, les difficultés liées aux rencontres éphémères et aux drogues. Ils parlent aussi des espaces nouveaux qu’ils traversent désormais, comme l’hôpital ou les cabinets médicaux.

Les places sont très limitées, et il est donc impératif de réserver. Nous avons mis en place un système de billeterie pour ne pas proposer plus de places que disponibles. L’entrée est gratuite : il suffit pour les billets de choisir « 0 euro » ! Si vous souhaitez nous aider à financer les films que nous réalisons, vous pouvez donner le montant de votre choix, mais vraiment rien d’obligatoire !

Voici le lien pour réserver les places : Réserver vos places

 

 

Médecin coordinateur, sous la responsabilité de la directrice adjointe vous menez vos missions au sein du Pôle d’Accueil et d’Accompagnement pluridisciplinaire, auprès de personnes en situation de précarité vivant avec le VIH/sida ou membre de communautés très exposées au risque d’acquisition du VIH. Vous assurez un rôle de coordination médicale visant à soutenir les personnes accueillies dans la mise en œuvre de leur parcours de santé dans le but de favoriser leur autonomie personnelle dans une approche d’empowerment en santé.

Vous contribuez, pour les situations les plus complexes, à la coordination des projets de soins. Vous assurez vos missions de prévention et d’accompagnement thérapeutique dans le respect du principe de confidentialité. Ce poste s’inscrit sur plusieurs dispositifs transverses à Arcat auprès de nos différents publics.

A ce titre vous serez en charge :
• D’informer et conseiller les personnes accueillies dans leur parcours de soins et renforcer leurs compétences en santé pour favoriser leur maintien dans une démarche de soin au long cours.
• D’accompagner les personnes à l’initiation du traitement et chaque fois que nécessaire.
• D’assurer un rôle de soutien auprès de public vivant avec le VIH ou exposé au risque d’infection
• D’intervenir auprès d’organismes concernés pour l’obtention de tous les droits et prestations aux soins, en lien avec les travailleurs sociaux de l’association (ex. MDPH).
• De mener des actions auprès de travailleur.se.s du sexe et personnes en situation de prostitution en tenant compte des enjeux spécifiques de santé des personnes trans (parcours de santé trans, initiation de la PrEP …).
• D’intervenir, avec le soutien de médiateur.rice.s de santé auprès de publics africains subsahariens non installés, pour soutenir leur accès au dépistage et à la PrEP et plus largement au soin et aux parcours de santé.

Vous animez des ateliers d’ETP avec la chargée de vie sociale collective ainsi que certaines actions collectives en direction des personnes accompagnées sur les thématiques de santé relevant de la qualité de vie, de problématiques associées au VIH, des conduites addictives, de santé au travail (adaptation du projet professionnel à la situation de santé) ou tout autre besoin rencontré par les usagers.

Vous développez et animez les relations avec le réseau de partenaires des champs médicaux (hospitaliers et de ville), paramédicaux, médicosociaux, et participez aux instances de réflexion et plaidoyer de la lutte contre le VIH.

Vous travaillez au sein d’une équipe pluridisciplinaire dynamique et vous apportez votre expertise complémentaire à l’équipe en entretenant un dialogue constant avec vos collègues comme avec des partenaires ou structures extérieures. Vous participez aux réunions internes, institutionnelles et partenariales.

Enfin, vous tenez à jour les dossiers individuels des usagers, vous saisissez vos données d’activité, vous utilisez les outils de suivi.

Profil recherché

• Médecin généraliste diplômé
• Connaissances sur le VIH et hépatites chroniques -expérience souhaitée
• Connaissance des problématiques rencontrées par les personnes en situation de précarité touchées par le VIH, pathologie associée ou hépatite virale (ayant parfois un faible niveau de littératie en santé);
• Connaissance des problématiques rencontrées par des publics spécifiques, ex. travailleur.se.s du sexe, personnes ayant des conduites addictives,
• Connaissances des enjeux liés aux parcours migratoires parfois violents, aux traumas associés, et aux problématiques pouvant être associées aux longs temps de précarité
• Intérêt pour une approche basée sur les principes du rétablissement en santé mentale, de l’empowerment, et aux techniques de l’entretien motivationnel.
• Pratique de l’anglais
• La pratique d’autres langues étrangères serait un plus.

Type de contrat

Contrat à Durée Indéterminée (CDI)

Temps de travail Temps Partiel Si temps partiel, précisez : O,4ETP/14h

Travail de nuit Non

Statut Cadre

Convention collective

CCN 66 :Convention collective nationale de travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées du 15 mars 1966

Début du contrat  – 01/10/2022

Avantages Titre-Repas – Remboursement total abonnement vélos en libre-service, CSE, entreprise handi-accueillante et ouverte à la diversité .

Critères candidat Diplôme exigé

Autres Spécialité Médecine – Niveau d’études min. requis Niveau I : Bac +5 et plus

Niveau d’expérience min. requis 3 ans ou plus – Langues Anglais (Professionnel)

Localisation du poste

Poste/Mission basé(e) à Europe, France, Ile-de-France, Paris (75) Ville 94-102 Rue de Buzenval 75020 Paris

Poste à pourvoir le 01/10/2022

Suivi par Responsable principal GWENAELLE MORVAN  (Lien de la fiche de poste)

Le comité des familles recherche un Chargé.é de prévention de dépistage et de promotion de la santé pour son siège, 18 rue de la Mare – Poste à pourvoir à partir du 02 Mai 2022 – Contrat à durée déterminé de 8 mois (possibilité de renouvellement voir de CDI).

Missions principales :
Il/elle
– Coordonne l’équipe de bénévoles et de salariés impliquée dans les actions de prévention et de dépistage,
– Organise des réunions du pôle prévention et dépistage rédige le compte rendu
– Favorise l’implication et la valorisation des bénévoles.
– Conçoit, met en oeuvre et évalue les actions de prévention, de dépistage et de promotion de la santé au niveau national auprès des populations clés
– Réalise des dépistages par TROD VIH, VHB et VHC et distribue des autotests VIH
– Assure une traçabilité des données et une évaluation à tous les niveaux (projets, actions, bénéficiaires)
– Développe le réseau de partenaires accueillant le public cible et/ou pouvant recevoir nos bénéficiaires en cas de besoin d’orientation
– Développe le pôle de prévention, de dépistage et de promotion de la santé de l’association en accord avec les politiques publiques et les engagements de l’association
– Participe à l’identification et à la formalisation des processus (règles appliquées, circuit…)
– Participe à l’élaboration des outils de communication dans le cadre des actions de prévention ; de dépistage et de promotion de la santé
– Consulte, enrichit et exploite les outils relatifs à l’éducation pour la santé
– Gère les stocks des outils de dépistage et de documentation
– Participe aux réunions d’équipe de l’association
– Rédige le rapport d’activité du pôle prévention, dépistage

 

Fiche de poste à télécharger :

Le Conseil national du sida et des hépatites virales a organisé une demi-journée d’étude le lundi 6 décembre 2021 : Personnes trans et VIH : vers une prévention adaptée à la diversité des trajectoires. A retrouver en REPLAY dès maintenant !

 

Première partie

  • 13h45 : Accueil et ouverture, Patrick Yeni (Président du CNS), Marie Préau (CNS)
  • 14h : Conférence introductive, Emmanuel Beaubatie (Sociologue, CNRS)
  • 14h40 : Table ronde 1 : « Les partenaires sexuels et affectifs des personnes trans, impensé de la recherche et de la prévention », introduite et animée par Ali Aguado (Militant pour les droits des personnes trans et directeur d’établissements médico-sociaux). Avec France Lert (Chercheuse en santé publique, présidente de Vers Paris sans sida), Paul Rivest (Anthropologue, Aix-Marseille Université), Axelle Romby (Médecin sexologue, Checkpoint Paris)

Seconde partie

  • 16h10 : Table ronde 2 : « Nouveaux outils de prévention du VIH, opportunités de décloisonnement de la prise en charge des personnes trans ? », introduite et animée par Giovanna Rincon (Directrice de l’association Acceptess-T, Paris). Avec Laszlo Blanquart (Acceptess-T, Paris), Max Cressent (RITA, Grenoble), Elsa Fernique (Médecin, Planning familial 38, Grenoble), Clark Pignedoli (Sociologue, INED), Olivier Scemama (Chef du bureau des infections par le VIH, les IST, les hépatites et la tuberculose, DGS)
  • 17h25 : Synthèse et conclusions, Hugues Fischer (CNS), Diane Leriche (TRT-5/CHV)

Créée en 1997, l’association IKAMBERE est un centre de ressources destiné aux femmes en situation de précarité vivant avec le VIH. L’objectif principal d’IKAMBERE est de rompre l’isolement de ces femmes et d’améliorer leurs conditions de vie pour qu’elles deviennent actrices de leur destin. Pour cela, l’association offre un accompagnement pluridisciplinaire et une prise en charge globale, grâce à une équipe d’une vingtaine de professionnelles.
IKAMBERE mène également des actions « hors les murs » de prévention, de dépistage et de médiation en santé pour aller vers les publics les plus éloignés du système de soins.

Nous recherchons 2 médiateurs (rices), postes CDI à pourvoir immédiatement

Icône

OFFRE D'EMPLOI - 2 médiateurs (rices), postes CDI à pourvoir immédiatement 188.05 KB 96 downloads

Nous recherchons 2 médiateurs (rices), postes CDI à pourvoir immédiatement ...

Le Kiosque Infos Sida Toxicomanie, association de prévention et de conseil sur le VIH/sida, les IST et les dépendances,
membre du GROUPE SOS (405 établissements, 15 000 salariés, 750 ME de CA annuel), recherche Un-e infirmier-ère diplômé-e- d’Etat H/F H/F – CDD 6 mois.

Icône

Un-e infirmier-ère diplômé-e- d'Etat H/F H/F – CDD 6 mois 382.12 KB 54 downloads

Le Kiosque Infos Sida Toxicomanie, association de prévention et de conseil sur le...

 

Le Kiosque Infos Sida Toxicomanie, association de prévention et de conseil sur le VIH/sida, les IST et les dépendances, membre du GROUPE SOS (330 établissements, 11 000 salariés, 650 ME de CA annuel), recherche Un-e médecin généraliste H/F

Icône

Un-e médecin généraliste H/F Annonce du 25 mai 2021 331.16 KB 45 downloads

Un-e médecin généraliste H/F Annonce du 25 mai 2021 ...

 

Ce travail s’intéresse aux profils des acteur·ice·s associatif·ive·s intervenant auprès de personnes vivant avec le VIH aujourd’hui (PVVIH), et sur la façon dont ils/elles s’approprient et s’adaptent aux politiques publiques pour répondre aux besoins des publics reçus. Si vous acceptez de participer à cette enquête, vous serez donc intérrogé·e sur vos activités, vos vécus professionnels et/ou personnels et votre analyse de terrain.
Remplir le questionnaire vous demandera 20 minutes environ. Les données recueillies seront anonymes, seule l’investigatrice de l’enquête aura accès aux détails des réponses.
Il vous est par ailleurs possible de transmettre votre mail en fin de questionnaire si vous souhaitez recevoir une synthèse des résultats et si vous souhaitez participer davantage à cette étude en acceptant de réaliser un entretien semi-directif.
Merci pour votre participation !

https://framaforms.org/enquete-besoins-des-publics-et-modalites-dinterventions-contemporaines-des-acteurs-associatifs-de-la

Qui réalise cette enquête :
L’investigatrice est Hélène Meunier, médiatrice de santé à l’association ENVIE (association de lutte contre le SIDA à Montpellier), dans le cadre de la réalisation d’un DEIS (Diplôme d’Etat d’Ingénierie Sociale) en concomitance au Master Intervention et Développement Social dispensé par l’Université Paul Valéry de Montpellier.

La pandémie de COVID-19 a soulevé de nombreuses interrogations pour les personnes qui vivent avec le VIH (PVVIH) :

–          Suis-je plus à risque d’être contaminé·e par le SARS-CoV-2 ?

–          Suis-je plus à risque de développer une forme sévère de la maladie ?

–          Mon traitement antirétroviral me protège-t-il du virus ? de la maladie ?

–          Dois-je me faire vacciner ?

–          Est-ce que je fais partie des publics prioritaires ?

Le but de la présente note n’est pas de répondre à ces interrogations de manière définitive, mais de synthétiser les éléments connus à l’heure actuelle, tout en rassemblant les sources qui permettront à chacun d’aller plus loin. Rappelons que le temps de la recherche et du savoir n’est pas celui des médias, ni du politique. Les informations contenues dans le présent document devront être actualisées en fonction de l’évolution de la situation épidémique et des connaissances.

Conclusion : un besoin de données complémentaires et de recommandations spécifiques pour les PVVIH

Si les PVVIH ne semblent pas avoir plus de risques d’être contaminées par le SARS-CoV-2 que la population générale, leur vulnérabilité face à la COVID-19 reste à évaluer.

Pour certains spécialistes, le VIH pourrait être un facteur de risque indépendant, associé à une augmentation de la mortalité12. En l’état actuel des connaissances, il convient de nuancer ce propos. L’hétérogénéité des données disponibles et la multiplicité des facteurs impactants rendent difficile d’affirmer si l’infection à VIH est, en soi, un risque de développer une forme grave de COVID-19 et/ou de surmortalité, ou si la prévalence dans la population VIH+ de facteurs impactants connus par ailleurs (comorbidités, critères ethniques et sociodémographiques) provoquerait un sur-risque de développer une forme grave et/ou de surmortalité pour les PVVIH. C’est pourquoi il est impératif que la recherche soit mobilisée pour mieux comprendre l’impact de la COVID-19 chez les PVVIH.

A noter cependant que les premières observations semblent montrer que l’âge, facteur de risque déterminant de sévérité de la COVID-19, impacterait plus précocement l’évolution de la COVID-19 vers des formes sévères chez les PVVIH. Il est important que les recommandations publiques se saisissent de ces données dans leur définition de la vulnérabilité et donc l’accès des PVVIH aux dispositifs à destination des personnes à risque de forme grave (arrêts de travail dérogatoires) et l’accès à la vaccination.

De même, les PVVIH immunodéprimées (CD4 < 350/mm3) et/ou en échappement virologique sont elles aussi exposées à un risque de développer des formes graves de la maladie et donc de surmortalité. Ces dernières doivent être incluses dans la stratégie vaccinale française comme prioritaires. Notre position rejoint en ce point les recommandations des sociétés savantes européennes BHIVA, DAIG, EACS, GESIDA, Polish Scientific AIDS Society and Portuguese Association for the clinical study of AIDS (APECS)[1], ainsi que celles de la Société française de Lutte contre le VIH (SFLS)[i] et de l’Académie nationale de médecine[ii].

 

Icône

VIH et COVID-19 1.33 MB 109 downloads

Etat des connaissances à destination des personnes qui vivent avec le VIH ...

 

[1]Dans leur note de position, les sociétés savantes BHIVA, DAIG, EACS, GESIDA, Polish Scientific AIDS Society and Portuguese Association for the clinicalstudy of AIDS (APECS)11 résument ainsi : « En bref, les récentes publications suggèrent que les PVVIH avec une charge virale non-controlée, ou une immunodépression prononcée, ou vivant avec des co-morbidités associées ont un risque aggravé de surmortalité liée à la COVID-19. Par conséquent, les PVVIH devraient être considérées hautement prioritaires pour la vaccination contre le SARS-CoV-2 » (« In summary, the recent findings suggest that PLWH and either uncontrolled HIV-infection or advanced immunodeficiency, or in the context of additional co-morbidities might have a higher risk for COVID-19 death. PLWH, therefore, need priority consideration for SARS-CoV-2 vaccination « )




[i] Communiqué de presse – VIH et COVID-19 : La Société Française de lutte contre le Sida (SFLS) et le TRT-5 CHV demandent que les personnes vivant avec le VIH et immunodéprimées soient elles aussi priorisées dans le programme de vaccination contre la COVID-19. https://www.trt-5.org/covid-19-et-vih/<http://antiphishing.aphp.fr/2/cGhpbGlwcGUuc2Fnb3RAYXBocC5mcnxWUkMxMzcwMzI5/www.trt-5.org/covid-19-et-vih/> (visité en janv. 2021)




[ii] Communiqué de l’Académie : Infection à VIH et vaccination anti-SARS-Cov2. https://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-infection-a-vih-et-vaccination-anti-sars-cov2/<http://antiphishing.aphp.fr/2/cGhpbGlwcGUuc2Fnb3RAYXBocC5mcnxWUkMxMzcwMzI5/www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-infection-a-vih-et-vaccination-anti-sars-cov2/> (visité en janv. 2021)